Extrait d'un livre à paraître

faille rd pt
En t’écoutant j’ai le sentiment d’un immense soulagement… je me rends compte de l’illusion du manque, de l’illusion d’avoir besoin de plus de savoirs, de plus de pratique… c’est vraiment un grand soulagement… soupir…
 
Le sentiment de devoir acquérir toujours plus d’objets – qu’ils soient matériels, intellectuels ou spirituels – génère un stress de fond et nous projette à l’avant de nous-même, ce qui fait que l’on n’est jamais complètement déposé dans le moment. Quand cette tension lâche, parce qu’il n’y a plus ce mouvement pour trouver quelque chose à l’extérieur, on ressent immédiatement un soulagement qui nous permet d’être là. En étant présent ce que l’on cherche dans tous les objets se révèle. On accède à un sentiment de plénitude qui se dégage de notre être même. Une détente profonde nous envahit et plus on se relâche, plus on reçoit. C’est bouleversant de réaliser que l’on s’épuise pour trouver ce qui est déjà là et que notre frénésie de recherche nous empêche de reconnaitre. Nous avons tellement l’habitude de faire et d’accumuler. On sature notre espace intérieur d’activités et de connaissances alors que c’est dans l’abandon que l’on reçoit ce dont on a le plus besoin. Moins on veut, plus on reçoit… Plus on disparaît en tant qu’entité égotique, plus on reçoit… C’est incroyable de ressentir la puissance de l’abandon, plus on se donne, plus on se sent comblé. On reçoit au delà de tout ce que l’on peut imaginer.
 
La prochaine fois que tu te sens fébrile et insatisfait, assieds-toi, même si ce n’est qu’intérieurement, et regarde autour de toi – le sol sous tes pieds, le ciel par la fenêtre, le plafond au dessus de ta tête, le volume de la pièce dans laquelle tu te trouves, les objets qui t’entourent. Essaye de rentrer en contact avec la réalité de l’instant. C’est une expérience très concrète qui se passe dans la pure présence, en dehors du mental. Tu écoutes, non pas ton discours intérieur, mais la sensation d’être.
 
Pour réaliser l’illusion du manque, cela implique de changer de position, de sortir du cadre étroit du mental pour se situer dans l’espace ouvert et tranquille de la présence et à partir de cet espace, on se pose honnêtement la question : « En ce moment même, qu’est-ce qui manque pour me sentir comblé, heureux ? » Et si l’on trouve réponse à cette question, il nous faut redoubler d’honnêteté en se demandant : « Est-ce vrai qu’il manque cette chose là, pour me sentir bien, maintenant ? » C’est essentiel de ne pas fuir dans le futur ou le passé car c’est maintenant que cela se passe ! On reste en contact avec la réalité du moment, on l’écoute avec tous les sens ouverts, dans un état de pure réceptivité. Et plus on est réceptif, plus on a le sentiment de recevoir, quelque chose d’indéterminable, qui nous comble complètement. On réalise alors le mensonge que nous assène notre discours égotique, pour ne jamais nous laisser goûter la substance du réel. Dans cette position de pure présence, la recherche s’arrête. On ressent alors que tout est à sa place, et qu’il ne manque absolument rien.
 
…/…



Nathalie Delay

profil pt
Nathalie est artiste peintre depuis son plus jeune âge, sa sensibilité pour la beauté la mène à la recherche de la vérité, qu’elle pressent au cœur de chaque émotion artistique. Nathalie rencontre la tradition tantrique du Cachemire, à l’âge de 26 ans, une voie où l’expérience esthétique est pleinement reconnue comme un moyen d’accéder à l’expérience ultime de la réalité. Les enseignements de cette tradition la touchent immédiatement. Ils confirment son intuition que dans l’apparence des formes se cache une vérité essentielle. Elle va se dédier à cet enseignement pendant plus de quinze ans, auprès de ses représentants les plus emblématiques – Daniel Odier et Eric Baret. Sa manière d’aborder la voie est directe et entière, son maître des débuts va d’ailleurs vivement l’encourager dans cette approche très concrète, en l’empêchant de se retirer du monde pour vivre son engagement. La totalité de sa vie va alors devenir son champ d’exploration et de mise en application des enseignements tantriques. Malgré le fait qu’elle soit mère et femme active, elle vit sa recherche pleinement, sa vie ordinaire n’empêchera aucune de ses percées à la source de l’être.
Son enseignement reflète son expérience. Il s’est dépouillé de plus en plus des références traditionnelles pour se centrer sur le réel – qui est devenu la base de son enseignement. Nathalie enseigne le réel, comme le formulait un maître Chan. Elle ramène sans cesse ses élèves à la réalité de leur vie, comme garant de leur maturité spirituelle. Elle les encourage à être lucide et sincère, en toute situation, afin de découvrir ce qui n’est pas authentique en eux, et qui les retient de descendre à la racine de leur être.

Nathalie transmet une non-voie – car c’est ici, maintenant et en nous qu’elle a lieu – qui repose sur la reconnaissance directe du Soi.